Sélectionnez votre langue

De plus en plus, des statistiques percutantes en regard de la santé psychologique viennent à nos oreilles. On entend qu’environ une personne sur cinq souffrira d’un trouble psychologique au cours de sa vie1, que la maladie mentale est responsable de près de 50 % des absences en milieu de travail2. On dit encore que le présentéisme (le fait de se présenter au travail, mais de voir sa productivité réduite en raison de stress chronique ou d’un trouble de santé psychologique) coûterait en moyenne quatre heures par semaine aux employeurs3.

Pour répondre à ces préoccupations grandissantes, des employeurs et organismes se questionnent aujourd’hui sur le niveau de « sécurité psychologique » présent au sein de leur milieu de travail. Mais qu’est-ce que cela signifie? En fait, un milieu de travail psychologiquement sain et sécuritaire « favorise le bien-être psychologique des travailleurs et prévient activement les dommages portés à leur santé mentale par négligence ou par insouciance, ou de façon délibérée »4. Parmi les conditions identifiées comme nuisibles à ce type de milieu se retrouvent un haut niveau de pression au travail à long terme, le fait de devoir gérer des échéances déraisonnables sur une trop longue période et trop peu d’influence sur la réalisation des tâches quotidiennes. Qui plus est, l’environnement de travail où le harcèlement, la discrimination, l’iniquité ou l’incivilité sont tolérés est également considéré comme psychologiquement non sécuritaire5.

En vue de promouvoir la mise en place d’environnements de travail psychologiquement sains et sécuritaires, la Commission de la santé mentale du Canada a développé un guide intitulé Une étape à la fois : Guide sur la mise en œuvre de la Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail. Lancé dans le cadre de la conférence Better Workplace de Calgary en 2014, ce guide visait à outiller les organisations dans la mise en œuvre de mesures concrètes de promotion de la santé mentale et de prévention des préjudices psychologiques chez les employés6. Des stratégies identifiées pour développer des environnements de travail psychologiquement sécuritaires incluent notamment la présence de politiques et procédures pour encadrer la prévention du harcèlement psychologique et la promotion de la civilité au travail, la formation des gestionnaires à l’intervention en gestion des conflits, et la sensibilisation de tout le personnel aux enjeux relatifs à la civilité et à la santé mentale au travail.

Afin d’établir une culture d’entreprise psychologiquement saine, sécuritaire et durable, les organisations doivent être en mesure d’opérer ce virage dans le respect des meilleures pratiques en gestion de changement. Ainsi, il importe que les agents responsables du changement aient une vision claire du changement souhaité, qu’ils soient en mesure de la communiquer aux autres membres de l’entreprise et que l’initiative soit soutenue par la haute direction. Pour effectuer une transformation aussi profonde, les organisations préfèrent parfois être accompagnées, les ressources internes peinant souvent déjà à assumer les seules tâches relatives aux projets quotidiens.

En conclusion, bien que le milieu de travail soit parfois associé aux difficultés psychologiques vécues par un employé, il importe de garder à l’esprit que le travail a également un effet positif sur l’état psychologique d’un individu. En effet, les individus qui occupent un emploi tendent à être en meilleure santé mentale que ceux qui ne travaillent pas. Ces effets positifs s’expliquent notamment par le fait que le travail, en plus de fournir un revenu, favorise également les contacts sociaux et le développement de diverses habiletés et aptitudes, dont l’estime de soi7.

Et vous, qu’en est-il du niveau de sécurité psychologique de votre milieu de travail?

Références

  1. Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (2015). Portail santé mieux-être : Santé mentale (maladie mentale), repéré à http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/sante-mentale/.
  2. Idem.
  3. Lupien, S. J. (n.d.). Centre d’études sur le stress humain : Travailleurs, repéré à http://www.stresshumain.ca/stress-et-vous/stress-chez-les-travailleurs/burnout-vs-depression.html.
  4. Collins, J. (2014). Une étape à la fois : Guide sur la mise en œuvre de la Norme nationale sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail, document produit par la Commission de la santé mentale du Canada en collaboration avec le Groupe CSA.
  5. Psychologically Safe Workplace (n.d.). Trends in Psychologically Safe Workplaces, repéré à http://www.psychologicallysafeworkplace.ca/trends.html.
  6. Commission de la santé mentale du Canada (n.d.). Une étape à la fois avec le Guide sur la mise en œuvre de la Norme nationale, repéré à http://www.mentalhealthcommission.ca/Francais/catalyst-feb-2015-implementation-guide.
  7. Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (2015). Portail santé mieux-être : Le travail et la santé mentale, repéré à http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/le-travail-et-la-sante-mentale/.